Revenir en haut
  Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez|

Parce qu'il faut bien être soigné [Red]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Parce qu'il faut bien être soigné [Red] Mer 11 Avr - 15:16

Le jour était enfin arrivé, ce jour où Shiynmey allait quitter la maison. Cela n'était pas la première fois qu'elle la quittait. Mais cette fois-ci, cela était différent, elle savait qu'elle ne reviendrait, ou du moins elle reviendrait dans très longtemps. Combien de temps ? Elle ne savait, certainement dans quelques années, enfin, s'ils arrivaient à la guérir. Mais la guérir de quoi ? La jeune fille ne comprenait pas. Pour elle, elle allait parfaitement bien. Elle comprenait parfaitement qu'elle avait pu être choquée de voir son beau-père mort. Ce qu'elle ne comprenait pas c'était pourquoi elle, elle devait se rendre dans un établissement spécialisé et non sa mère. D'après elle, c'était parce qu'elle était plus fragile et que cela l'avait plus touché. Bien sûr ... Comme si elle allait croire cela. Elle savait que cela avait un rapport avec sa phobie. Pourtant, elle n'était pas malade, alors pourquoi fallait-il la soigner ? Voila ce qu'elle ne comprenait pas. Ce matin, lorsque son réveille sonna, elle aurait aimé qu'il se taise à jamais. Elle aurait aimé se réveiller que tard dans la matinée et prendre une longue douche avant d'accueillir ses amis, comme chaque week-end. Elle aurait voulu ... Tout cela était terminé et elle ne pouvait pas faire grand chose. Elle pouvait très bien ne pas partir là-bas. Mais à quoi cela lui servirait-il ? A pas grand chose, juste qu'on lui court après pour l'y amène. Autant y aller par soit même, même si elle y était obligée.
Ce fut donc sans joie que la demoiselle se leva ce matin là, bien trop tôt à son goût. Mais il fallait bien, d'après sa mère il y avait pas mal de route à faire pour se rendre à Hisshi. Déjà que cela ne lui plaisait d'y aller, en plus de cela elle allait devoir passer quelques heures en voiture. Dans un sens, vivement qu'elle soit déjà arrivée. Ce fut en silence qu'elle prit son petit déjeuné, une fois qu'elle fut habillée. Le seul son provenait de Haro, son dalmatien. Le chien ne cessait de pigner depuis la veille. Il devait avoir compris qu'il allait être séparé de maîtresse. Bien sûr, il resterait avec la mère de Shiynmey, mais cela ne serait pas la même chose. Après une bonne demi-heure, la jeune fille finit enfin d'avaler son petit déjeuné et monta pour la dernière fois dans chambre. Elle ne verrait plus ces murs tapissaient de photos et de croquis de vêtements. Elle soupira doucement et alla fermer une bonne fois pour toute sa valise, sur laquelle elle dut s’assoir pour y parvenir. Voila, tout était prêt pour le départ.

Dehors, le moteur de la voiture ronronnait, n’attendant qu’une chose, que Shiynmey se hisse à l’intérieur. Mais avant cela, elle eut de la peine à glisser sa lourde valise dans le coffre. Une fois mise et installée à l’avant du véhicule, celui-ci ne tarda pas à partir. C’était parti pour facilement trois heures de route, si ce n’était pas plus. Durant le voyage, on aurait pu croire que la mère et la fille ne cesseraient de discuter. Ce ne fut guère le cas. Pas un mot ne sortit de leur bouche. C’était le silence complet, rompu simplement par la radio qui passait en boucle les mêmes chansons ainsi que des pubs ridicules. Du coin de l’œil, Shiynmey observait sa mère. Elle avait de grosses cernes sous les yeux qui pouvait se confondre à des cocards. La jeune fille le savait, cela faisait plusieurs nuits qu’elle ne dormait plus. Elle devait ressasser ce soir là, tout comme elle. Après tout, cela ne faisait pas longtemps que cela s’était passé. Mais dans leur intérêt à toutes les deux, il fallait oublier. Mais comment faire pour oublier une telle chose ?
Shiynmey somnola pendant quelques temps dans la voiture, histoire de faire passer le temps plus rapidement. Ce fut lorsqu’elle sentit et entendit son ventre crier famine qu’elle reprit ses esprits. Ainsi donc cela faisait plus de quatre heures qu’elles roulaient. Mais pour très longtemps. Après quelques minutes, sa mère s’arrêta une dernière fois. Elle coupa le moteur et sortit du véhicule. Du siège passager, la demoiselle contempla la bâtisse de sa nouvelle maison. Elle faisait froid dans le dos, rien à voir avec un internat normal. Comme s’il y avait quelqu’un de vraiment normal ici … Elle soupira et sortit de la voiture. Près du coffre, sa mère l’attendait avec la valise à ses pieds. Il fallait le dire si elle voulait se débarrasser d’elle au plus vite. Elle attrapa le poignet de son bagage qu’elle fit rouler derrière lorsqu’elle s’avança vers la bâtisse, sa mère derrière elle. Au moins elle n’allait pas la laisser comme ça. Une fois qu’elles furent toutes deux dans le hall, la mère donna une enveloppe à sa fille. A l’intérieur son ordre d’internat plus d’autre détail. Avant de la laisser, la femme lui indiqua qu’il fallait qu’elle donne cette enveloppe à un responsable. Elle lui déposa un baiser sur le front et partit. Quelle gaité ! Bien sûr, il ne fallait pas à s’attendre à des cris de joie. Mais un peu de tristesse n’aurait pas été du luxe.

La voila maintenant seule dans ce hall. La demoiselle regarda autour d’elle, cet endroit lui donnait la chaire de poule. Une chose était sûre, elle ne passerait pas inaperçue dans les couloirs sombres avec ses cheveux roses. Enfin quoi que, qui sait quel personnage elle allait voir ici.
Revenir en haut Aller en bas
Red Kurenai
avatar
Administratrice - Graphiste
Messages : 250
Date d'inscription : 20/02/2012

Un peu plus ~
Age: 21 ans
Pathologie: Dépression chronique
Poste: Patiente, couturière
MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien être soigné [Red] Ven 13 Avr - 16:28


    « Bonjour ! s'écria Red, envoyant valser sa couverture par dessus bord. Elle atterrit par terre, après avoir voltigé sur une bonne distance, pour une couette. Le jeune homme était de bonne humeur et plein d'énergie. Comme d'habitude.

    Personne ne répondit à la salutation du roux, la chambre était vide, ce matin. Red fronça les sourcils. Il allait bien finir par rencontrer ses colocataires un jour ou l'autre ! Mais pas aujourd'hui, visiblement … Il soupira et se leva, rabattant sa nuisette de satin écarlate sur ses cuisses, avant de s'étirer longuement. Autant profiter de l’absence de ses compagnons de chambrée, il se ferait une manucure après sa douche. Le rouquin se mit devant les quelques robes qu'il avait accroché au mur -mettons nous d'accord, les ''quelques" robes sont une dizaine- et prit la pose numéro cinq : une main sur la hanche, l'autre posée sur la bouche, air interrogateur. Laquelle mettrait-il aujourd'hui ? Haussant les épaules, il utilisa cette méthode de décision universelle utilisée par tout ceux qui on des décisions importantes à prendre : pouf-pouf.

    Pouf-pouf, une balle en-or c'est toi-qui sort au bout de droit un-deux-trois! chantonna-t-il.

    L'index verni de Red s’arrêta sur une robe noire, donc le jupon largement frou-frouté était fendu, laissant entrevoir toute la jambe du rouquin quand il la portait. Elle était ajustée à la taille, et ornée à cet endroit d'une fleur de tissus écarlate, de la même couleur que la doublure intérieure de la robe, et d'une ceinture lâche de perles, rouges également, aux reflets chatoyants. Plus haut, un des pans du vêtement se croisait sur l'autre, formant un léger décolleté en V bordé du même tissus que la fleur et la doublure. De dos, la robe laissait voir les omoplates de qui la portait, ainsi que la moitié de son dos. Deux épaulettes de dentelles noire complétaient le tout.

    Red sourit. Il aimait beaucoup cette robe, qu'il avait réalisé en une semaine et avait utilisé une quantité inimaginable de tissus, mais le résultat en valait la peine. De plus, elle lui allait bien et lui faisait de jolies hanches, tout en lui donnant une illusion de poitrine. Le roux sélectionna quelques accessoires, un collier ras de cou en dentelle noire ornée d'une tête de mort argentée, et d'un fermoir au bout duquel pendouillait une pierre rouge, des bas résilles, de longs gants noirs qui remontaient jusqu'au dessus de coude et une paire de boucle d'oreilles assortie au collier, des pendants représentant des crânes humains. Une petite touche de glauque qui amusait beaucoup Red, tout en rappelant les têtes de morts accrochées à ses lunettes. Il prit également les escarpins qui allaient avec la robe, des souliers rouges ornés de fleurs de tissus comme celle du vêtement, mais en noir.

    Le roux s'empara également de ses affaires de bain, comprenant serviette, brosse, trousse de maquillage, de coiffure et de toilette, avant de passer un peignoir se diriger vers les douches communes des filles. Sur son passage, on murmurait, on s'interrogeait, ce qui le faisait sourire : à cause de sa pathologie donc il n'était même pas conscient, il aimait être au centre de l'attention.

    - J'aime ça … J'aime beaucoup ça ! Pensa-t-il en renvoyant en arrière une de ses mèches écarlates avant d'ouvrir la porte des douches communes. Encore une fois, il grimaça devant leur état de délabrement. Ayant grandi dans le luxe, il avait du mal à accepter le peu de propreté et de confort apporté par les installations de l'établissement, mais au bout de deux ans de ce traitement, il avait arrêter de chipoter à tout bout de champs. Red fût tout de même soulagé de voir qu'il n'y avait personne d'autre que lui à l'intérieur. Il pourrait prendre une cabine privée !

    Aussitôt pensé, aussitôt fait, Red sortit de la douche, propre, enroulé dans sa serviette, quelques minutes plus tard. Il n'aimait pas prendre de longues douches, des bains oui, mais pas des douches. Il profita de sa solitude pour s'habiller et se maquiller. Puis, il rassembla une partie de ses cheveux en chignon vers le haut de sa tête avec un ruban, y piqua une autre fleur de tissus, laissant le reste de ses mèches voltiger librement. Il était prêt, et sorti donc, avec toutes ses affaires. Au moment de passer la porte de sa chambre, il eu une soudaine envie de passer dans le grand Hall. Qui sait, peut-être y avait il un séduisant nouveau ? À cette éventualité, Red soupira en rosissant légèrement. La manucure pourrait attendre, non ? Après tout, son vernis rouge était encore intact, il pourrait le retoucher plus tard. Il se mit donc en chemin en chantonnant gaiement.


    Quand Red arriva dans le hall, il fut d'abord déçu, car la pièce était déserte. Il s’apprêtait à repartir quand la grande double porte c'est ouverte, laissant entrer une jeune fille aux cheveux roses et une femme d'à peu près quarante ans, sa mère peut-être. Un réflexe que Red ne s'expliquait pas le poussa à se jeter à terre pour ne pas être repéré. Le jeune homme resta un moment dans cette position grotesque, avant que le bruit de la porte qui se refermait ne le ramène -relativement- à la raison, le faisant se lever. Il détailla la nouvelle des pieds à la tête : elle n'était pas très vieille, peut être seize ou dix-sept ans, et tirait derrière elle une énorme valise, certainement pleine à craquer. La petite était trop mignonne, avec son air déboussolé !

    - Bonjour ! Salua-t-il en sortant de derrière l'angle du mur où il se tenait avant, tout en lui faisant coucou de la main. Comment t'appelles tu?


[HS: Tiens, cadeau, des images de la robe que j'ai galéré à décrire d'ailleurs http://nsa21.casimages.com/img/2012/04/13/120413063909316781.jpg , http://nsa21.casimages.com/img/2012/04/13/120413064124514656.jpg et http://nsa22.casimages.com/img/2012/04/13//120413064138752541.jpg]

_________________
- Haiku par Wilhelm Busch


Dernière édition par Red Kurenai le Ven 13 Avr - 20:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien être soigné [Red] Ven 13 Avr - 20:29

Cela se finissait d’une triste façon. Shiynmey aurait cru qu’il y aurait plus de vie avant cette séparation. Non, il ne fallait pas espérait quelque chose de mieux. Cela était déjà pas mal que la mère ait embrassé sa fille. Il ne fallait pas lui en demander plus et cela, la jeune fille le savait. Pourtant, elle ne put s’empêcher de devoir retenir ses larmes. Elle ne lâcha pas son regard bleuté de sa mère jusqu’à que celle-ci ne referme la porte derrière elle. Voila, elle était vraiment partie pour de bon. Dans un élan de stupidité, la demoiselle aux cheveux roses fit quelques pas en avant, comme si elle voulait rattraper la femme, mais elle n’en fit pas plus. Et puis, à quoi cela servirait-il ? A rendre cette séparation plus difficile pour elle, certainement pas pour sa mère. Quoi qu’en y réfléchissant mieux, cela était peut-être sa façon à elle de partir en faisant souffrir le moins possible sa fille.
La demoiselle soupira une troisième fois en retournant vers son bagage, puis elle regarda attentivement l’enveloppe qu’elle avait toujours en main. Elle avait très envi de l’ouvrir et lire ce qu’il y avait exactement à l’intérieur. Mais elle se retint de le faire, ne voulant s’occuper d’une chose avec cette chose, la remettre à la personne concernée, ce qui ne serait pas chose facile à faire. Pourquoi donc ? Et bien, rien qu’à regarder ce hall, Shiynmey n’osait imaginer la grandeur de cet établissement. Bien sûr qu’elle l’avait vu de l’extérieur. Mais vu de l’intérieur cela était encore plus grand. Elle allait devoir se perdre au moins une fois dans ces couloirs. Misère !

Au moment où elle empoigna sa valise et qu’elle voulut partir à l’aventure, la jeune fille s’arrêta en plein mouvement à l’entente d’une voie. Mais pas n’importe laquelle. Celle d’un homme ! A peine à cause de cela, elle commençait déjà à trembler. Elle s’étonna elle-même de se voir essayer de sa cacher derrière son bagage quand elle entendit les pas s’approcher d’elle. Elle fermait les yeux si fort que les larmes qu’elle avait retenu quelques minutes avant s’échappèrent. Malgré tout, après quelques secondes, la jeune fille entreprit de jeter un coup d’œil à cet homme. Et là surprise : c’était une femme, portant une magnifique robe, qui s’avançait vers elle. Pourtant, elle n’avait pas rêvé, elle avait bien entendu la voie d’un homme.

« Bon … Bonjour, dit-elle en se redressant de derrière sa valise. Je … je m’appelle Shiynmey. Heureuse de faire votre connaissance madame. »

Elle se courba pour saluer la dame, mais lorsqu’elle se redressa, elle blêmit. Cette femme avait quelque chose qui n’allait pas, en tout cas, pas aux yeux de Shiyn. De loin, elle n’avait pas remarqué ce petit détail. Ce dont elle avait pu voir, ce fut d’abord ces cheveux rouges. Impossible d’y passer à côté. Et puis il y avait la taille de cette personne. Pour une femme, elle était grande. De plus, elle portait des talons, ce qui la rendait encore plus grande en plus de mettre ses jambes en valeur. D’ailleurs, ces dernières étaient belles. La jeune fille en était jalouse. A la voir ainsi de loin, et surtout avec cette robe de soirée, la demoiselle pensa tout de suite qu’elle faisait un peu tache avec son short en jean et son poncho en laine bleu foncé. Mais cela était avant de se souvenir de l’endroit où elle était. A vrai dire c’était cette dame qui faisait tache, bien qu’en faite, en y repensant de nouveau, ce serait une personne normale qui ferait tache ici.
Tout cela pour dire qu’à première vu, Shiynmey ne s’attendait pas à ce que cette femme soit bel et bien un homme. Maintenant qu’elle pouvait le voir de plus près, elle pouvait nettement distinguer ses épaules un peu plus carrés que celles d’une vraie femme. Il n’avait pas non plus de poitrine, bien que le décolleté laissait croire le contraire. Et il y avait cette pomme d’adent cachée derrière le collier qu’il portait. Etonnamment, cette personne avait beau être un homme, cette robe lui allait comme un gant.

Shiynmey n’arrivait plus à faire grand-chose à présent. Ses tremblements avaient repris à tel point que sa valise tremblait elle aussi. Elle avait tout de même réussi à baisser les yeux de sur le travesti devant elle. Pour tout dire, c’était la première fois qu’elle en rencontrait un, mais la peur était la même. A plusieurs reprises, elle tenta de prononcer quelques mots. Ce ne fut qu’au bout de plusieurs longues minutes d’acharnement qu’elle arriva à bredouiller quelque chose d’à peu près compréhensible.

« Je … je … Je suis désolée ! Je …Je vous ai prise pour … Pour un homme … »
Revenir en haut Aller en bas
Red Kurenai
avatar
Administratrice - Graphiste
Messages : 250
Date d'inscription : 20/02/2012

Un peu plus ~
Age: 21 ans
Pathologie: Dépression chronique
Poste: Patiente, couturière
MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien être soigné [Red] Sam 14 Avr - 16:38

    Quand Red s'avança vers la nouvelle venue, celle ci ferma les yeux très fort, tout en pleurant légèrement. Le jeune homme haussa un sourcil d'un air interrogateur. Faisait il si peur que ça à cette fille ? Pourtant il avait mis une si jolie robe ! Il détailla le poncho bleu marine et le short en jean de la fille. Elle ne devait pas aimer le rouge.

    " – Bon … Bonjour, dit-elle en se redressant de derrière sa valise. Je … je m’appelle Shiynmey. Heureuse de faire votre connaissance madame. dit elle quand même, en se courbant pour saluer. Madame ? La jeune fille marquait de bons point !

    Moi de même Shiynmey ! Bienvenue à l'établissement Hisshi. Répondit il en souriant et lui retournant la courbette. Un long silence s'installa, à peine troublé par les tremblements de la nouvelle, qui détaillait Red sans gêne.

    Je … je … Je suis désolée ! Je …Je vous ai prise pour … Pour un homme … avait articulé à grand peine la jeune fille après plusieurs longues minutes de silence. Le sourire de Red se crispa. Pendant le moment ou elle avait hésité, il avait eu peur que la fille aux jolis cheveux roses ne soient attardée mentalement, ce qui l'aurait vite ennuyé. Il semblait que ses soupçons soient vérifiés. Il soupira en pinçant l’arête de son nez entre deux de ses longs doigts fins.

    Et si moi je te disais que tu ressembles plus à un chien abandonné qu'à une fille, avec tes grands yeux mouillés de larmes et ton air perdu ? Dire ce genre de chose est le meilleur moyen de se faire des ennemies rapidement, ma chérie. Mais tu as commencé ta phrase en t'excusant, alors tout va pour le mieux. Fait en sorte que ça continue, ok?

    Sa voix dérailla dans les aigus en un bruit assez désagréable à la fin de cette dernière phrase, alors qu'il croisait les bras sous sa poitrine imaginaire, toisant la jeune fille par dessus ses lunettes, ce qui lui donnait certes un air menaçant, mais lui faisait voir totalement flou. Quand Red eut décidé avoir fait la méchante assez longtemps, il soupira et repris une attitude plus amicale, laissant retomber ses bras le long de son corps. Le rouquin chercha des yeux un endroit où s'asseoir. Il repéra, contre un des mur, un petit canapé. Il attrapa la valise de la nouvelle, la tirant vers le sofa, ou il s'assit, croisant ses longues jambes. Red tapota la place à côté de lui, faisant signe à la jeune fille de le rejoindre, tout en tripotant inconsciemment les perles de sa ceinture.

    Alors, Shiynmey, pourquoi es tu ici ? Et … Les yeux verts de Red furent attirés par le rectangle blanc que tenait la jeune fille à la main. … que contient cette lettre que tu as à la main depuis tout à l'heure?


[Désolée, c'est court D: ]


_________________
- Haiku par Wilhelm Busch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien être soigné [Red] Mer 18 Avr - 23:51

A première vu, ce jeune homme, ou cette jeune femme, elle ne savait comment désigner cette personne, semblait très gentille. Si gentille qu'elle lui souhata la bienvenue. Enfin, cela ne dura pas très longtemps car très vite l'inconnu prit un ton tout à fait à l'opposé de son accueil. Celui-ci était plus montait plus dans les aigües en plus de montrer dans l'agacement. Apparemment le fait de comparer cette personne en rouge à un homme n'était pas une bonne chose. Très bien, alors Shiynmey frait en sorte de ne pas reproduire la même erreur, même si cela se voyait, cette personne faisait bien parti de la gente masculine. Mais que voulez-vous, la demoiselle ferait donc en sorte dans le futur de dire elle, et non il, quand elle parlerait de ... Quel était son nom à cette "femme" ? Elle ne savait pas, elle ne l'avait pas m'entionné. Elle avait plus été préoccupé par le fait de comparer la rose à un chien abandonné. Là dessus, elle n'avait pas forcément tord. Mais tout de même, s'emporter pour si peu n'était pas légèrement exagéré ? Si, certainement ... Mais nous sommes dans un asile de fou donc l'exagération est quelque chose de normale. Malgré tout, cela avait un peu blessé la jeune fille d'être ainsi comparée. Bien sûr qu'elle aimait chien, d'ailleurs elle adorait son Haro. Hors, elle n'était pas un animal. Ou plutôt elle ne voulait pas être comparé à un animal qu'on laisse sur le trotoire parce qu'il nous gêne dans la vie de tous les jours. Elle n'était pas cela, elle voulait pas.

"Je suis vraiment désolée. C'est juste que ... Heu ... Non rien en faite.

Ne rien dire, cela était certainement la chose la plus sûre avec cette personne. Ou du moins, Shiyn devait faire vraiment attention à ce qu'elle puisse dire. Rien qu'à l'instant elle allait fahi dire que c'était la première fois qu'elle rencontrait un travestit. Cela n'aurait certainement pas plus à la jeune "femme" d'entendre cette phrase. Elle serait certainement repartie dans les aigües à en briser des verres. Etonnant d'ailleurs que ses lunettes ne se soient pas fissurées. Elles avaient peut-être des verres très résistants.
En tout cas, cela était une bonne chose que l'inconnue se soit calmée. Personnelement, je ne sais comment Shiynmey aurait réagi, enfin si je le sais : elle se certainement évanouit de peur au bout d'un moment. Il ne faut vraiment pas grand chose à cette fille pour avoir peur? donc le fait qu'elle se trouve dans cet établissement n'est pas vraiment une bonne solution pour elle. Mais que pouvons-nous faire ? Rien du tout, juste la regarder évuluer dans ce contexte.
La dame en rouge lui fit comprendre de venir la rejoindre vers un sofa, que la demoiselle n'avait même pas fait attention depuis son arrivé. Voyant que son interlucutrice avait pris son bagage des mains, cela voulait dire qu'elle n'avait pas beaucoup le choix. Ce fut alors d'un pas presque hésitant que le jeune fille alla s'assoire à côté d'elle. Shiynmey n'osait la regarder, elle est timide et surtout très impressionnée. L'inconnue, elle, semblait très à l'aise si bien qu'elle commença à la questionner sur sa présence ici
.

" Je ne sais pas ... Je ne comprends pas moi même. J'ai compris depuis longtemps que j'ai peur des hommes. Mais je ne comprends pas pourquoi on m'a envoyé ici. La réponse à ma question se trouve sûrement dans cette enveloppe, mais je n'ose pas l'ouvrir."

Shiyn avait trop peur de découvrir ce qu'il y avait dedans. Ou plutôt elle avait peur d'apprendre qu'elle souffrait de quelque chose en plus de sa peur des hommes, ou tout simplement que cela était pire que ce qu'elle s'imaginait elle même. Bien sûr, elle était la personne la mieux placée pour savoir si elle allait bien ou non. Mais difficile de se rendre bien compte des choses lorsque l'on se voila la fasse.

"Et vous, pourquoi êtes-vous ici. Et puis, vous ne m'avez pas dit votre nom."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien être soigné [Red]

Revenir en haut Aller en bas

Parce qu'il faut bien être soigné [Red]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etablissement Hisshi :: Général :: Administration :: Recensement Janvier 2013-