Revenir en haut
  Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez|

- Rosa Otta - [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: - Rosa Otta - [Terminé] Mar 12 Juin - 20:36



















Formulaire


d'inscription


Informations Administratives



    Nom : Otta
    Prénom : Rosa
    Âge : 22 ans
    Sexe : Feminin
    Orientation sexuelle : Asexuelle
    Statut : Patient




Informations Médicales

    Patient N°: 55
    Pathologie : Hypocondrie & trichotillomanie

Compléments d'information

Caractère :
Depuis qu'elle est petite, Rosa souffre d'angoisses à répétitions. Cependant, dû a son trouble psychologique récent, elle est devenue hyperanxieuse. Elle a peur de tout, et pense qu'elle va attraper toutes les maladies inimaginables. Quand elle est en période de crise, elle peut s'enfermer dans une pièce et ne parler à personne jusqu'à que ces angoisses s'atténuent.
Rosa est une jeune femme plutôt calme et posée, au premier abord. Elle parle peu, et toujours après avoir bien réfléchi. Mais il y a deux Rosa, celle d'avant et d'après l'apparition de son hypocondrie.

Son trouble est apparu à peu près au moment où elle entra au lycée, mais son trouble mental s'est fortement intensifié il y a environ huit mois. Mais un jour elle n'arrivait plus Auparavant Rosa était une personne d'ordinaire très calme, qui souriait à tout, d'un sourire timide, mais sincère. Elle avait peur des aléas de la vie, mais elle l'aimait. Croire en elle était difficile, mais elle essayait sans cesse, même si elle avait peur des aléas de la vie qu'elle trouvait bien trop hasardeuse. Pour lutter contre ses angoisses qu'elle trouvait fort excessives, elle se noyait dans des heures et des heures de pratique du piano, qu'elle jouait à la perfection. Rosa était perfectionniste, en ce qui concernait la musique, mais cela s'étendait à tout ce qu'elle entreprenait.
Rosa prenait soin d'elle, se maquillait, se coiffait tous les matins, choisissait avec attention ses vêtements et ses bijoux, qu'elle accordait parfaitement. On pouvait dire sans se tromper qu'elle avait du goût, et que cela lui plaisait.
Elle aspirait à l'harmonie. Du corps et de l'esprit. Elle luttait contre ses tourments intérieurs pour devenir quelqu'un d'accompli.

Toutefois, un jour, tout bascula. Petit à petit ses angoisses devenaient omniprésentes. Ne pensant qu'à ça, elle en vint même à penser qu'elle était malade. Pas malade mentale, malade physiquement. Tout ce qu'elle touchait pourrait la contaminer, l'affecter, alors elle angoissait à chaque fois qu'elle devait faire quelque chose. Elle se renfermait sur elle-même, craignant de souffrir. Elle était devenue hypocondriaque. Elle passait ses journées chez le médecin et à l’hôpital, pensant avoir de multiples problèmes de santé. Le médecin pouvait bien lui dire que tout allait pour le mieux, elle ne le croyait pas et angoissait de plus belle.
Parfois, sa détresse était si forte que son malaise se traduisait par de la trichotillomanie. Elle sentait le besoin compulsif de s'arracher les cheveux, comme pour se calmer. Cet acte la canalisait, Rosa se sentait comme dans une bulle hermétique ou plus rien ne pouvait l'atteindre. Elle ne pensait plus à rien sauf à se toucher les cheveux, jusqu'à se les arracher, un par un. Elle prenait néanmoins la précaution d'ôter ceux qui étaient le moins visible. En plus de devenir folle, elle ne voulait pas risquer de se rendre laide. Elle voulait que son trouble ne se voie pas de l'extérieur.
Il est vrai qu'à part son visage quelque peu crispé par l'inquiétude, on ne peut pas deviner que Rosa est aussi atteinte. En public elle s’efforce de rester "normale". Quand elle ne veut pas risquer d'attraper une maladie, elle ne touche rien, respire lentement, répond calmement et sourit comme elle peut. Son image est très importante pour elle. Un vestige de son ancienne personnalité, surement.


Physique :
Très belle femme, Rosa a toujours su se mettre en valeur. Elle fait attention à ce qu'elle mange, pas qu'elle se prive, mais elle a la chance d'aimer ce qui est aussi bon pour la santé. De ce fait, elle est mince, bien formée, et assez grande pour une japonaise. Du haut de ses 1m75 et de ses escarpins vertigineux, elle ne passe jamais inaperçue.
Enfin, surtout avant de tomber dans l'hypocondrie. Toujours aussi mince, même plus vu qu'elle a peur d'ingérer des aliments contaminés, elle prend cependant moins soin d'elle. Elle qui se maquillait et se coiffait avec élégance (c'est d'ailleurs à cette époque qu'a été prise la photo d'identité que Rosa a donné pour son dossier médical) ne fait plus très attention à sa chevelure. De part sa trichotillomanie, elle a du mal à garder une coiffure en place. Quand elle est dans un période intense de stress et qu'elle ressent des impulsions, elle n'a d'autres choix que de tout envoyer valser, barrettes, élastiques, elle jette tout par terre et s'adonne à son addiction. En effet, sa trichotillomanie est considérée comme une addiction comportementale, elle ne peut pas lutter.

En ce qui concerne son apparence, la malade a un visage très fin, une bouche belle et dessinée, un nez assez fin, et des yeux bridés dont la couleur varie du bleu foncé au violet selon les jours. Un trait d'eye-liner de pin-up et un rouge à lèvre couleur pêche, voilà comment elle aime se maquiller quand elle est dans un jour où son mal-être est moins présent et la laisse un peu respirer.
Sa peau est blanche, laiteuse, sans aucune imperfection. Ses cheveux noirs ébènes sons soyeux et brillants, quoiqu'elle devrait mieux s'en occuper depuis qu'elle les détruit un à un, mais elle n'y pense pas. D'une nature ondulée, elle se les lissait quand elle était moins fatiguée, mais maintenant elle les laisse au naturel.
La mode était un passe-temps avant que son quotidien se retrouve ravagé par ses troubles mentaux. Elle a énormément de vêtements beaux et chers. Alors même si aujourd'hui elle ne va plus sortir pour en acheter, parce qu'elle n'en ressent plus le plaisir, elle garde l'habitude de mettre les habits qu'elle mettait auparavant. Elle s'habille non plus par envie mais par routine. Ce sont des vêtements noirs, le plus souvent, avec des touches de blanc, de rouge ou de bleu. Elle porte plus que rarement aujourd'hui les jupes qu'elle portait avant, tout simplement parce que c'est moins pratique, qu'elle est mal dedans et que dans un pantalon ou un short elle se sent plus libre de ses mouvements. Elle ne porte plus aucun bijou.
Histoire :
Née dans une famille de médecins, Rosa a une famille est aisée et cultivée, aimante, mais aussi très prise par leur travail. Fille unique, elle n'avait personne a qui parler quand ses parents partaient travailler et la laissait seule dans la maison avec la vieille dame qui était payée pour la garder. De ce fait, la fillette se sentait très seule, depuis ses trois ans quand elle commençait à se rendre compte ce qui se passait autour d'elle. C'est à partir de ce moment, très tôt donc, qu'elle développa un des plus fort côté de sa personnalité : une anxiété virulente. Une anxiété qui amplifiait au fur et à mesure que les années passaient. Pourquoi ? Parce qu'elle se sentait seule, que ses parents n'étaient jamais là, qu'elle sortait que très peu, et qu'à l'école elle n'avait pas d'amis parce qu'elle parlait très peu et que personne ne venait vers elle. On pouvait même dire qu'elle était presque transparente. Elle passait inaperçue. Les seuls moments où les gens se rendaient compte de son existence étaient quand elle se mettait à hurler, au milieu de tout le monde, parce qu'elle se sentait oppressée, au sein de cette population qui l'ignorait et qu'elle ne comprenait pas.
Le seul échappatoire qu'elle trouvait était le piano, qu'elle avait commencé vers l'âge de 8 ans. Et elle était très douée, tout simplement parce qu'elle voulait se faire remarquer par le biais de la musique. Elle voulait que ses parents soient fiers d'elle, qu'à l'école ses camarades soient admiratifs. Et ses efforts avaient payés. Au bout de quelques mois, grâce à son perfectionnisme, elle devint une enfant très douée au piano. Ses parents l'inscrivirent dans une école de musique, pour qu'elle puisse s'adonner à sa passion. Ses parents venaient l'écouter à chaque fois que l'école organisait un spectacle, et les autres enfant la remarquait enfin. Rosa avait alors la conviction que le travail payait toujours, et qu'il fallait qu'elle continue de trimer.
Cependant, il était fatigant pour un si petit enfant d'étudier autant. Mais elle continua jusqu'à son entrée au collège. Elle était vue comme un prodige, elle faisait des concerts. Malgré tout, Rosa pouvait bien avoir autant d'amis qu'elle le voulait, des parents plus présents, et un talent fantastique, elle en était pas moins toujours angoissée. Ses angoisses étaient même en recrudescence. Plus les années passaient, et plus elle se sentait mal, la pression de faire sans cesse mieux pesait lourd sur ses épaules. Etre perfectionniste n'avait pas que des bons côtés : cela demandait beaucoup d'énergie. La jeune fille était épuisée, autant mentalement que physiquement. Allier musique et école, tout en se faisant des amis, était compliqué pour elle. Elle arrêta le piano quelques années, jusqu'à la fin du collège, histoire d'avoir un peu plus de temps pour elle. Ses parents travaillent toujours autant, des fois ils travaillaient même la nuit, et elle ne les voyaient pas pendant plusieurs jours.
Le métier de médecin de ses parents l'avait toujours contrariée. Du sang, des infections, des maladies, des opérations... Tout ce qu'ils pouvaient se raconter entre eux, entre deux bouchées pendant le repas, la préoccupait. Elle trouvait cela affreux. Comment pouvaient-ils vivre avec ces horreurs autour d'eux au quotidien ? Elle ne comprenait pas et plus elle essayait d'imaginer leurs journées plus elle paniquait.
C'est surement pour cela que Rosa a contractée une hypocondrie. Les maladies lui font peur, et cela ajouté à sa forte anxiété l'ont poussée vers un désordre mental éminent.
Rosa a vécu ses années de lycée avec son hypocondrie plus ou moins difficilement, mais ce sont les études qui arrivaient à lui empêcher de penser à ses traumatismes. De ce fait, elle se plongeait corps et âme dans l'apprentissages de ses leçons. Son intelligence, couplée à son besoin d'étudier en faisait un excellent élément au lycée. Malheureusement, une fois de retour chez elle, à 19h, car oui elle restait en étude jusqu'au maximum pour éviter d'être à son domicile, elle sombrait dans un silence profond, occupée à sonder tout son esprit. Elle imaginait le pire, concernant son corps et son mental. Elle s'imaginait presque mourante. Elle reprit le piano à ce moment-là, qu'elle jouait presque sans interruption jusqu'au moment d'aller se coucher.
Elle décida alors, une fois son baccalauréat en poche, d'intégrer la plus grand université de Tokyo, Todai, chose qu'elle réussit haut la main, pour avoir le moins de temps possible pour réfléchir à elle-même. Plus elle étudiait mieux elle se sentait. Malgré tout, les études la stressait, de peur de rater ses examens, mais ce n'était rien en comparaison. Elle réussit à canaliser son malaise pendant ces 5 ans passés à la faculté, couplés à des médicaments qui la calmait. Son master en main, il lui fallait trouver un travail. Elle avait 22 ans. Et là tout s'est enchaîné. Paniquée à l'idée de devoir faire face à des adultes aussi intelligents qu'elle, d'imaginer devoir tenir tête à des individus abjects, d'être obligée de travailler et discuter avec des personnes plus vieilles, d'avoir des responsabilités, de devoir ressentir la pression d'une personne plus puissante qu'elle qui serait son patron, son hyperanxiété devint ingérable. Elle se sentait misérable et incapable. Elle avait peur de ne pas réussir et de décevoir. Etudier, c'est facile, à part se décevoir soi-même, personne n'attend rien de vous. Enfin c'est ce que Rosa pensait. Et être propulsée sur le marché du travail d'un jour à l'autre l'a bouleversée. Ses crises de paniques plus fréquentes, ses angoisses hypocondriaques décuplées, elle commença à s'arracher les cheveux pour s'apaiser. C'était le début de sa trichotillomanie. Elle se sentait au plus mal.
C'est à ce moment que ses parents décidèrent de l'interner, dans le centre Hisshi, avec l'accord de Rosa, qui pensait aussi que c'était le meilleur moyen pour elle de s'en sortir.


Informations Diverses

    Code du règlement : validé par Katsu
    Manga et personnage de l'avatar : Ce sont des dessins originaux de différents artistes. S'il faut, je mettrai le lien de leurs sites.

Info personnelles





    Ton prénom / surnom : Bleu
    Période de présence sur le forum : Un peu tout le temps. Je préviendrai quand je ne pourrai pas être présente pendant plus d'une semaine.



Dernière édition par Rosa Otta le Jeu 14 Juin - 10:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Katsuya Mori
avatar
Administratrice ~ Princesse
Messages : 563
Date d'inscription : 14/02/2012

Un peu plus ~
Age: 20 ans
Pathologie: Hallucinations Psychosensorielles
Poste:
MessageSujet: Re: - Rosa Otta - [Terminé] Mer 13 Juin - 18:14

Helloooooooow =)

Que dire, une fiche parfaite, pour une patiente très intéressante. Rien à redire, tout est nickel !

Je te souhaite donc la bienvenue parmi les fous, avec plaisir !!!

Je te demanderais juste d'aller te référencer en suivant cette fiche pour terminer tout à fait ton inscription =)
http://asile-hisshi.forumgratuit.org/t204-vous-etes-perdus-suivez-le-guide#1474

_________________
Gratitude
Today, I'm showing my gratitude
thank you for raising me
thank you for loving me
Tonight, I must leave
and let nothing left
By Lanwu


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asile-hisshi.forumgratuit.org

- Rosa Otta - [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etablissement Hisshi :: Général :: Administration :: Recensement Janvier 2013-