Revenir en haut
  Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez|

Quand une Tourette rencontre un Con****...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Quand une Tourette rencontre un Con****... Mar 18 Sep - 16:40

/!\ ATTENTION : Insultes en tout genre gratuites /!\


*La haine... La haine... Non, même pas... Je ne ressens rien... Adieu, vil ingrat qui m'aura servi de père depuis ma naissance. Faites des gamins et abandonnez-les quand vous n'êtes plus foutu de vous en occupez... Mais, bref, encore un qui n'a pas été capable, tous ces enfants abandonnés comme moi, ici, juste pour une question d'argent, quel pitié.*

Voilà, elle arrivait à l'entrée de l'asile, on lui avait présenté comme un pensionnat pour personnes un peu spéciales... Pourtant ils le savaient qu'il valait mieux éviter de la mettre en contact avec d'autres personnes, juste pour éviter qu'elle les insulte... Mais il fallait croire que cette fois-ci était différente. Ils ne seraient plus convoqués à cause de son mauvais comportement.

*Etablissement Hisshi? Mon cul, oui! Asile correspondrait mieux. Ils m'ont pris pour une mongole ou quoi? Mon pauvre père n'a pas eu d'autres idées que de me mettre ici. J'espère que cela leur sera déjà bien utile au moins pour ma mère. De toute façon je peux plus rien faire pour eux...*

Putain de bordel de merde!

Elle n'avait pas pu se controler. Voilà en quoi consistait la partie "normale" de sa maladie. Les insultes venait à profusion en fonction de son humeur, son état de stress. Cela pouvait s'aggraver jusqu'aux violences physiques. Elle n'en avait pas l'air la petite, mais elle frappait fort, même quand elle ne voulait pas...

*Bon... J'entre, je vais pas rester dehors, ça caille. Et puis maintenant que je dois vivre ici... Autant y aller maintenant. Pourvu qu'on me dise où est ma chambre tout de suite, sans coloc'... Qu'est ce qui m'attends derrière cette porte? Est-ce qu'il y aura une personne capable de me soigner? Je ne sais pas si j'y arriverai...*

Voilà qu'elle tremblait, sans pouvoir se controler.

'Chier!

La voici dans le hall. Il était grand et effrayant car il n'y avait personne... Ce pouvait être un bon point pour notre Lilith, mais vu l'immensité de la pièce, c'était plus impressionnant. Puisque c'était un asile, il pouvait y avoir n'importe qui qui pourrait débarquer de n'importe où...

Merde! Merde! Merde!

*J'ai peur, dans quoi m'a t'on emmené? Ca craint! J'entend des pas... Pourvu que ce soit quelqu'un de normal...*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Quand une Tourette rencontre un Con****... Mer 19 Sep - 10:44

Bien. Il venait de travers le Japon dans sa longueur, en train, et les trois heures de trajet en taxi jusqu’à l’établissement Hisshi n’avait fait que l’achever.

Ryoku passa ses doigts dans ses cheveux, dans un geste né de l’habitude. Etablissement Hisshi… Pas un besoin, pas même un choix, mais peut-être sa seule solution. Il avait été employé dans un autre hôpital psychiatrique avant… Mais ses méthodes, bien qu’efficaces et prouvées, n’avaient enchantées ni ses collègues ni même l’Ordre Médical. Il avait donc été obligé, après trois ans de bons et loyaux services, de quitter l’établissement dans lequel il se trouvait.
Et son dossier était porté devant la commission de l’ordre.

Il haussa les épaules. Peu importe maintenant. Visiblement ses compétences avaient jouées en sa faveur, et les rumeurs qui courraient sur lui n’avait pas fait peur à la dame.
Et oui. On l’avait contacté le lendemain de son licenciement.
« Nous vous attendons à l’Etablissement Hisshi, Monsieur Takeda. Vous nous serez grandement utile. »
Oh… Utile, il l’était. Et il le savait. Si ses méthodes avaient été considérées comme douteuses, il n’en restait pas moins qu’elles étaient efficaces. Alors oui. Pour cela il avait dû sacrifier des patients, les blesser, les tuer même parfois. Mais ils étaient condamnés. Ils étaient tous trop atteints pour ne serais-ce que passer les cinq prochaines années en vie… Et c’était des meurtriers pour la plupart. Et après tout… Que valait la vie d’un condamné… Si elle permettait d’en sauver d’autre ? Et si les traitements testés sur les malades de classe Z –les plus atteints- pouvaient sauver les autres malades ? D’accord, les classes Z avaient une tendance très forte à hurler de douleur avant de mourir entre ses doigts… Mais c’était pour la bonne cause.

Il senti le crissement de pneus sous lui et cligna des yeux pour retourner dans le présent. Une fois le taxi à l’arrêt, il paya sa course avec un petit « merci » et récupéra ses affaires avant de passer la grille. La voiture fit demi-tour et le seul souvenir que garda le conducteur du médecin fut celui d’un être glacial. Si les yeux étaient le reflet de l’âme d’une personne… Alors il plaignait ce pauvre bougre qui avait un cœur de glace. Au propre, comme au figuré.

L’homme traina sa lourde valise derrière lui, passant finalement le pas du hall d’entrée. C’était grand. Mais pas de quoi torturer qui que ce soit pour ça. Il avait vu plus grand, plus imposant. Et finalement, ce n’était qu’un hall d’entrée.

Il s’avança, sortant tout un tas de documents de sa poche pour les observer, et fit quelque pas.
Il entendit alors une série de jurons et releva la tête, apercevant une jeune personne un peu plus loin. Une jeune personne qui venait vraisemblablement d’arriver –à moins que tous les patients se baladent dans le hall avec leurs effets personnels- et qui au vu de sa taille, de son gabarit, de son âge apparent et de son air perdu, serait surement l’une de ses patientes.
Bien.
Il allait pouvoir commencer son travail… Dès maintenant. Posant sa valise dans un coin –de toute façon celui qui lui piquerait se régalerait de ses livres en médecine appliqué, et de ses vêtements… Rien de bien passionnant !- et s’approcha de la jeune fille.

-« Bonjour, je suis le Docteur Takeda. Puis-je connaitre votre nom ? »

Sa voix était froide… Que dis-je… Sa voix était glaciale au point qu’elle aurait pu congeler un igloo au Pôle Sud. Si tenter que quelqu’un soit assez fou pour aller construire un igloo dans la région la plus froide du monde.

Il détailla la jeune femme face à lui. Petite, menue. Il n’eut aucun mal à la toiser, de ce regard aussi glacial que son être.
Toujours commencer par demander le nom de ses victimes. Oh ne vous méprenez pas… Il ne leur offrait jamais de sépulture… Connaitre le nom de la personne face à lui était simplement un moyen de pression supplémentaire… Qu’il allait expérimenter dès son arrivée.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Quand une Tourette rencontre un Con****... Mer 19 Sep - 11:11

*Quoi? Un docteur? Que me veut-il? Je me sens très bien, de toute façon, il suffit que je reste au calme pour rester maître de moi-même, et c'est pas en venant me parler comme ça que ça allait marcher...*

Ma pauvre Lilith sentait la chair de poule se répandre dans tout son corps. Elle avait l'habitude de se méfier de tout le monde... Non! Elle n'avait confiance en personne! C'était instinctif et compulsif devrais-je dire. Mais là, c'était pire que cela... Cet individu, qui s'était présenté comme le Docteur Takeda, inconnu dans son repértoire de toute évidence, lui faisait peur, une peur panique, elle avait envie de s'enfuir loin de lui. Pourtant quelque chose la retint, au plus profond d'elle-même.
Ma Lilith avait beau être atteinte de Tourette, elle n'en était pas moins bien éduquée, tout du moins en théorie. Dans sa tête, il n'y avait rien d'anormal, au contraire, elle pensait comme n'importe qui, se sentait coupable quand elle insultait les gens ou les frappait, mais elle était sensible. Mais elle ne pouvait rien y faire. C'était son côté normal qui la retenait ici, elle pensait que ce serait impoli de se sauver alors qu'il s'était présenté à elle.

*Brrr, qu'il est glacial ce bonhomme. J'espère que ce sera pas lui qui s'occupera de moi. Non en fait, j'espère que l'on va vite m'oublier ici. Je ferais en sorte de rester dans mon coin et voilà. Mais je dois me présenter convenablement quand même. Allez, respire un coup et calme-toi...*

LILITH!

Elle n'avait pas retenu son cri, qui résonna dans le hall immense. Son corps se mit à trembler convulsivement. Elle perdait le contrôle de son corps finalement, trop de pression alors qu'elle découvrait un nouveau monde. Elle aurait préféré rester dans son petit cocon familiale, quitte à faire pleurer sa mère, comme tous les jours, car elle l'insultait. Pourtant elle l'avait aimé sa mère... Son père aussi jusqu'à ce que ce ne soit plus du tout réciproque... Jusqu'au jour où il l'avait frappé pour la première fois en insultant sa propre fille comme une demeurée. Mais elle n'y pouvait rien, la petite Lilith...

*Non, mais non!*

Ta gueule!

*Laissez-moi tranquille! Ne me regardez pas! J'ai peur! Je... Je...*

Dégage, pauv'tâche!

Elle commença à donner des coups dans le vent, sans se contrôler, par à-coups. Elle marmonnait des gros mots entre ses dents. S'il s'approchait plus d'elle, elle s'enfuirait sans demander son reste, elle était trop effrayé. En revanche s'il commençait à se montrer aimable, peut-être se sentirait-elle plus rassurer?

Merde!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Quand une Tourette rencontre un Con****... Ven 21 Sep - 17:04


La peur. La jeune femme suintait la peur. C’était… presque agréable. Il venait d’arriver ici, et déjà, il réussissait à asseoir sa volonté et son « pouvoir ». Magnifique.
Il la détailla de nouveau. En plus d’être assez fine physiquement, elle semblait assez faible mentalement. D’accord, c’était une patiente d’hôpital psychiatrique… Mais il comprenait, en la voyant, pourquoi Hisshi avait la réputation d’accueillir les cas extrêmes. Parfait. Juste… parfait !

Il vit cette lueur qu’il aimait tant dans les yeux de sa future « victime ». Il ne lui avait pourtant demandé que son nom. Mais la pauvre chose semblait déjà traumatisé. Il retint un micro-sourire moqueur et se contenta de lever un sourcil en l’entendant hurler son nom. Comme s’il avait passé trop de temps entre ses lèvres. Comme si elle avait trop voulu le retenir, et en même temps lui cracher à la figure. Comme si elle avait eu trop peur pour lui avouer.
Et même si le corps tremblant face à lui semblait plutôt corroborer sa dernière hypothèse, il n’insista pas.

« Lilith ? Vous portez le nom de la première démone, la première femme qui se révolta… Et surement une des plus viles et manipulatrices de tous les temps. »
Il s’approcha un peu d’elle et croisa les bras
« Êtes-vous telle qu’elle Miss Lilith ? Est-ce pour cette raison que vous êtes ici ? »

Il fit un micro sourire. Elle semblait perdre le contrôle. Il leva néanmoins à nouveau le sourcil quand elle commença à l’insulter et à agiter les bras dans le vent. Bien. Il venait d’apprendre, en trois minutes, de quoi souffrait sa si charmante patiente.

« Ou ne serais-ce donc pour une vulgaire petite maladie nommée « syndrome de Gilles de la Tourette » ?


Ce n’était pas très compliquer à comprendre. A chaque gros mots qui franchissait ses lèvres, elle semblait paniquer et perdre pied avec la réalité…
Il s’approcha d’elle et se saisit de ses poignets, les serrant de manière à ce qu’elle ne puisse plus les agiter. Il perdit son sourire moqueur et la fixa.

« Miss Lilith, je vous prierais de vous calmer »

Sa voix était calme mais sèche et autoritaire. Ici, il était son supérieur. A tous les niveaux. Et il exigeait le respect.
Il relâcha doucement ses poignets. Rien ne servait de la faire paniquer un peu plus. Il s’éloigna d’un pas.

Il sorti un petit calepin de sa veste, suivit d’un stylo.
« Je vous écoute Miss. Nom, âge, maladie, et âge auquel vous l’avez développée. »

Il souligna de deux traits une information dans son carnet avant de regarder l’étrange patiente qu’il avait face à lui. Atteinte de la Tourette, il avait comme un doute quant au fait que ce soit son unique pathologie… Ou alors il s’agissait d’une souche différente des cas qu’il avait pu traiter… Quelle que soit l’option véritable, une chose était sûre, il allait avoir de la « matière » sur laquelle travailler…

« Et bien évidemment… quels sont les traitements que vous prenez actuellement »

Il garda un micro-sourire satisfait pour lui. Commencer à faire ployer une patiente dès son arrivée… Il prouverait qu’il était compétent, et assiérait par la même occasion son poste dans l’établissement… Et pourrait commencer ses recherches plus vite… Que du positif.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Quand une Tourette rencontre un Con****... Sam 22 Sep - 19:52

*Bonne déduction Monsieur Takeda... Oui le nom de la fameuse démone. Etait-ce pour cette raison que j'avais la maladie, ou bien l'inverse? En tout cas, en tant que juifs, il m'apparaissait que mes parents n'étaient pas très pieux dans leur religion. Pour ma part, il me semble que mon prénom me convenait, à plus forte raison que c'était la première femme démone.*

La belle eut un mouvement de recul lorsque le docteur s'approcha d'elle comme pour l'ausculter, ce qui ne l'a rassura pas, surtout qu'il la regardait étrangement, un regard vicieux et suspicieux. Ma Lilith, une démone? Elle n'est pas tendre, mais elle ne ferait pas de mal intentionnellement à une mouche... Intentionnellement, hein, parce que les jurons pleuvaient encore mais elle ne pouvait s'en empêcher, puisque le comportement de son interlocuteur lui mettait la pression de plus en plus. Il n'était pas net, ca c'était sûr, et Lilith avait pu se faire une idée des médecins normaux, vu ceux qu'elle avait pu voir dans son enfance...

Putain!

Une fois encore il s'approcha d'elle et put l'attraper sans qu'elle n'ait eu le temps d'esquiver. Elle ne pouvait plus bouger les bras, mais elle commençait à s'agiter violemment.

*Mais qu'est ce qu'il me veut, lâche-moi! Maintenant que je le vois de plus près, il est encore plus flippant!*

Lâchez-moi! Connard!

Il lui conseilla séchement de se calmer, ce qui eut un effet direct. L'adolescente de calma, tout du moins penant un instant, car elle avait été estomaqué par le ton autoritaire qu'il avait employé. Elle crut qu'il allait la frapper ou peut-être pire. Alors qu'il la relacha, elle ne bougea pas, restant bouche bée, sans sortir le moindre mot pendant un instant, pas même une insulte, comme si son propre coeur s'était arrêté... Avez-vous une phobie? Avez-vous déjà eu l'occasion de l'affronter en face droit dans les yeux? Eh bien, Lilith en avait l'occasion, là, mais elle n'y arriverait sans doute pas... Elle regardait dans le vide alors qu'il écrivait quelque chose sur son calepin qu'il venait de sortir, certainement d'une de ses poches.

Non! Prrrrrrtt

Alors qu'il lui posa des questions bien trop personnelles, elle n'eut d'autre réactions que de lui tirer la langue et s'enfuirent à toute jambes. C'était l'occasion, il avait le nez dans son calepin, il n'aurait pas le temps de la rattraper...

*J'espère ne jamais le recroiser, ce type...*
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Quand une Tourette rencontre un Con****...

Revenir en haut Aller en bas

Quand une Tourette rencontre un Con****...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etablissement Hisshi :: Général :: Administration :: Recensement Janvier 2013-