Revenir en haut
  Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez|

Laissons la lumière allumée... {Taro Kondo}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Laissons la lumière allumée... {Taro Kondo} Mer 14 Aoû - 11:15




Laissons la lumière allumée...




« Patient souffrant de la peur du noir, de paranoïa et ayant tué quelqu'un... —"Pas joyeux joyeux tout ça..."»

P
ar cette magnifique nuit d'été, un psychiatre dormait paisiblement dans son lit. Mais ce n'était sûrement pas le cas de tout le monde dans cet établissement psychiatrique. Et contrairement à ce qu'on pouvait pensé d'un établissement psychiatrique, il n'y a pas que les patients qui sont internés. Dans celui-là, le personnel y vit et selon l'avis du fameux psychiatre, certains pourraient même changer de bord et passer de psychiatre à patient... Il y en avait vraiment certains qui étaient totalement dérangés voir complètement fou et qui méritaient plus d'être internés que certains patients... Mais bon, il n'était que psychiatre ici, et ce n'était pas à lui qu'incombait la tâcher de surveiller que tout se passe bien. Il s'occupait de ses patients et refusait qu'on les transfert à un autre psychiatre et ça lui convenait. Ses patients étaient à lui, et il voulait leur offrir une chance de peut-être s'en sortir... Bien qu'il doute que la folle-dingue qui servait de directrice à cet endroit soit d'accord un jour de laisser sortir quiconque de cet endroit. Il regrettait presque d'avoir postuler ici... Presque... Mais ce qui le réconfortait, c'est qu'au moins, il avait de bonnes raisons d'aider les gens ici, ils en avaient bien besoin...  

Le réveil sonna, il ouvrit les yeux et alluma sa lampe de chevet. Il se leva ensuite, s'étirant et baillant aux corneilles. Comme tous les matins, il se rendit à la salle de bain et se regardant dans le miroir, il remit son masque de cuir, couvrant ainsi le coté de son visage défiguré par un acte héro¨que que tout le monde avait du oublier, sauf lui, et l'enfant qu'il avait sauvé des flammes, et avec un peu de chance, la famille de l'enfant. Il prit ensuite les vêtements de sport qui se trouvaient sur la chaise habituelle et les enfila. Il sortit ensuite, fermant la porte derrière lui, tournant la clé pour éviter qu'on vienne perquisitionner sa chambre pendant son absence et se dirigea vers la sortie qui donnait sur les  jardins. Il se dirigea vers le terrain de sport, comme tout le matin, il fit un tour de marche sur le circuit, et au deuxième, il se mit à courir. Pas vite, juste un bon rythme, avec une bonne respiration. De quoi garder la forme, sans pour autant d'épuiser. Une fois son heure quotidienne de course écoulée, il fit un dernier tour de terrain pour permettre à ses muscles de se détendre un peu avant d'arrêter totalement l'effort et remonta ensuite dans sa chambre. Il entra dans sa salle de bain, enleva à nouveau son masque et entra dans la cabine pour une douche bien méritée, et se prépara ensuite pour sa journée de psychiatre qui commencerait une fois qu'il aurait quitté sa chambre. Sa douche terminée, il enroula une serviette autour de ses hanches et se dirigea vers son armoire. Il choisit de s'habiller simplement, comme tous les jours. Il ne comprenait pas très bien l'intérêt de la plupart des psy, à s'habiller en costrard et cravate. C'était inutile et inconfortable en plus. Il mit une chemise bleue claire dont il ne ferma qu'après les 2 premiers boutons, laissant apparaître un début de torse finement musclé. Il n'aimait pas se sentir étranglé par une chemise. Il enfila ensuite un caleçon et un jean des plus banal. Il retourna à la salle de bain, mis la pommade quotidienne qui permettait que le cuir ne lui irrite pas la peau avec les mouvements et la transpiration de la journée qui allait venir. il replaça ensuite son masque et se mit en route pour sa journée. Il sortit de sa chambre fermant la porte à clé derrière lui, et prit le chemin de son bureau.

Il arriva à son bureau avec cinq minutes d'avance et en profita pour lire le dossier du nouveau patient qu'il recevait aujourd'hui. Le patient, agé de 23 ans souffrait de la peur du noir, accentué de paranoïa qui l'avait conduit à commettre un homicide involontaire. Triste histoire... Il alluma la lumière au maximum et alluma aussi celle de son bureau pour le mettre le plus à l'aise possible et attendit ensuite que le patient arrive. Il avait laisser la porte entrouverte pour lui éviter de devoir l'ouvrir lui même. Et s'il le fallait, il était prêt à la laisser ouverte pour lui éviter une angoisse inutile.

Crédit: Cali' in Libre Graph
Revenir en haut Aller en bas
Taro Kondo
avatar
Killer Panda
Messages : 119
Date d'inscription : 10/04/2012
Localisation : dans un endroit bien lumineux....

Un peu plus ~
Age: 26
Pathologie: phobie du noir aggravée de paranoïa et d’accès de violence
Poste:
MessageSujet: Re: Laissons la lumière allumée... {Taro Kondo} Mer 14 Aoû - 12:38

Comme toujours, Taro avait eu une nuit agitée. Un peu moins que certaines fois mais quand même. Cette nuit, ils étaient venus à trois mais il n'avait réussi qu'à en voir un seul, pourtant il les avait entendus. Pas de bagarre pour autant. La chose, l'ombre, le truc avait péféré rejoindre ses copains plutôt que de l'affronter seul. Taro avait ensuite finit par s'endormir près d'une des lumières du couloir et au petit matin il était retourné dans sa chambre. Après une coudhce et le petit déjeuner, un infirmier était venu le voir pour lui signifier qu'il avait rendez-vous avec un psychiatre. Le Dr Yagari. Il ne connaissait pas ce type mais il restait psychiatre. Dieu qu'il détestait ces gens. Toujours les même paroles : racontez-moi, dites-moi tout, n'yaez pas peur, oui je vous comprends....Taro rigola tout seul. Comprendre, mais si quelqu'un avait pu comprendre il ne serait pas là aujourd'hui. Pas très ravi, il finit par se motiver à y aller, de toute façon s'il n'y allait pas il y serait trainé de force. Autant y aller volontairement, de toute façon ce type ne ferait pas mieux que les autres.

Traversant les couloirs, Taro se demandait s'il allait être coopératif ou pas. Il verrait, tout dépendrait du psy en fait. Il arriva en vue du bureau et ralentit le pas sans trop le vouloir. Il s'immobilisa non loin de la porte et vit un rai de lumière qui passait, la porte était légèrement entrouverte. Taro leva un sourcil : première fois qu'un psy ici laissait sa porte entrouverte. Bon ou mauvais signe ? Taro ne le saurait qu'en entrant. Il frappa tout de même contre la porte avant de l'ouvrir entièrement et se présenta :


"Bonjour, je suis Taro Kondo, il parait que j'ai rendez-vous avec vous..."

Il vit l'homme assit au bureau relever la tête. Taro remarqua immédiatement son visage. Un masque de cuir lui couvrait le côté du visage protégeait ou cachait quelque chose. Taro sourit pour lui-même, il avait une idée derrière la tête. Les psys aiamaient poser des questions et bien il ferait pareil à ce type. C'est quoi ? Pour quoi ? Comment c'est arrivé...Finalement, ça pouvait être marrant mais il se disait que ça finirait pareil : patient qui ne peut être traité car trop enfermé dans sa phobie qu'il considère comme réelle. il avait apprit ce diagnostique par coeur tellement il l'avait entendu au cours de toutes ces années de thérapie....Toujours sur le pas de la porte, il n'avait pas bougé d'un centimètre.

_________________

Panda accompagné de Chiaki Abe et Hideki Saito...Et merci copain o/


Dernière édition par Taro Kondo le Lun 19 Aoû - 7:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Laissons la lumière allumée... {Taro Kondo} Mer 14 Aoû - 14:21




Laissons la lumière allumée




« Entre seulement, je vais pas te manger... »

L
e psychiatre était en train de lire le dossier du jeune homme lorsqu'il entendit frapper à la porte de son bureau. Il leva la tête et le regarda un peu. Sans trop le dévisager pour ne pas le mettre mal à l'aise. Il était toujours devant la porte, debout, sans bouger... Kaname le regarda un moment, puis remarqua qu'il regardait son visage. Kaname n'avait pas besoin de demander pourquoi, il savait que c'était son masque, c'était toujours son masque, mais il préférait ça, plutôt que les grimaces de dégoûts à l'époque ou il ne le portait pas encore... Il finit par faire signe au jeune homme d'approcher et de prendre place dans le fauteuil, s'il le voulait bien...



    — "Entre seulement, n'ait pas peur, je ne te ferais rien..."



Il lui laissa un peu de temps pour se mettre à l'aise et en attendant, il sortit une boite de biscuits de son bureau qu'il déposa sur son bureau et avança vers le jeune homme pour l'inviter à se servir s'il en voulait... Il n'avait pas vraiment envie de lui demander de raconter son parcours, il se doutait bien qu'il avait du voir bon nombre de psy et qu'ils avaient tous du lui demander de le faire et qu'il devait en avoir plus que marre. Mais il fallait qu'il sache, qu'il en parle avec lui, pour savoir ce que lui en pensait, et ne pas avoir l'avis que de ses anciens psychiatre... Après un moment, il finit par lui sourire et par dire :



    — "Bonjour, je m'appelle Kaname Yagari, et je suis psychiatre... On m'a confier ton dossier et je dois donc m'occuper de toi... Ecoute, je sais que je ne suis sûrement pas ton premier psychiatre, et que tu as surement du leur raconter à tous ton histoire et que ça ne va donc pas t'enchanter, mais j'ai besoin de savoir. Je vais pas te demander de me raconter ton histoire, mais simplement de me dire ce que tu ressens... Je ne vais pas te dire que je comprends, comme la plupart te l'ont sûrement dit. Je ne peux pas comprendre, on ne pas pas comprendre ce genre de chose si on ne l'a pas vécu, mais je te promet que je vais essayer de t'aider..."



Il avait préféré jouer franc jeu, il pensait avoir plus de chance en faisait cela ainsi... Il garda le dossier ouvert, et en tourna une page. Puis il prit un bloc de feuille, un stylo et y écrit le prénom du jeune homme, son nom, son N° de patient ainsi que la date du jour suivit de deux point.
Crédit: Cali' in Libre Graph
Revenir en haut Aller en bas
Taro Kondo
avatar
Killer Panda
Messages : 119
Date d'inscription : 10/04/2012
Localisation : dans un endroit bien lumineux....

Un peu plus ~
Age: 26
Pathologie: phobie du noir aggravée de paranoïa et d’accès de violence
Poste:
MessageSujet: Re: Laissons la lumière allumée... {Taro Kondo} Lun 19 Aoû - 7:25

Taro s'était finalement assis et regarda le psy sortir des gâteaux. Il eut envie de rire mais se garda bien de le faire. Des gâteaux...Genre il allait se servir et se rérgaler comme un gosse qui visite le pédiatre. Pffff....M'enfin ce type avait au moins l'honnêteté de lui parler franchement. Pas besoin de toute raconter encore une fois, il ne va pas dire qu'il comprend car il ne peut pas. Ca c'était nouveau. D'habitude ils commençaient tous en disant raconte-moi tout et oui je comprends. Mais personne ne pouvait comprendre et ce Yagari semblait suffisamment honnête pour le dire à voix haute. Taro ne voulait pas le fixer mais ce masque le titillait. Il voulait voir quelle blessure se trouvait là dessous et surtout il voulait savoir le pourquoi du comment. Toujours trop curieux, Taro savait qu'il devait tenir sa langue. Poser les questions trop tôt pouvait conduire à une impasse. Il décida d'ouvrir la conversation après tout le psy avait sorti de quoi écrire donc il attendait que Taro parle. Jouant avec ses cheveux lâchés, flemme de les attacher, Taro prit la parole :

"Bon donc je ne vais pas tout vous raconter puisque comme vous l'avez dit j'ai déjà raconté tout ça des millions de fois. Mais je vais vous faire un rapide résumé. Naissance : parfait tout va bien. Retour maison : visiblement j'ai commencé à avoir des terreurs nocturnes mais c'est passé sur le compte du retour au domicile selon le pédiatre de l'époque. Ces terreurs ont continué bien parès mes deux ans, et ont empiré au fur et à mesure...Jusqu'au jour où je me suis mis à veiller la nuit et à dormir ou presque le jour. Ecole, sorties, copains, tout ça disparu en même temps. Et puis, comme ces terreurs ont empiré mes parents m'ont enfermé. Pour ma part je vois des choses et je les entends. Je ne peux pas les ignorer, elles sont là, et pire elles me cherchent, elles me narguent...Et un jour, j'ai tué un employé de mes parents qui venait d'arriver et qui s'était inquiété de mon sort. Il a ouvert la porte de ma chambre en pleine nuit parce que je faisais du bruit certainement et je l'ai tué direct, sans réfléchir, persuadé qu'il était une de ces choses. J'ai repris mes esprits dans le jardin au lever du jour sans me rappeler de quoi que ce soit."

Il s'arrêta. C'était une première. Il avait parlé sans interruption. En fait, faire un résumé lui convenait beaucoup mieux que de tout raconter dans le détail. Il laissa un sourire flotter sur ses lèvres. Jouant toujours avec ses cheveux, qui présentaient maintenant une tresse, il reprit la parole :

"Voilà et suite à ça ben plus ou moins pour faire bref, mes parents m'ont mis ici. Plus simple pour eux je pense. Et puis finalement ici la nuit je fais un peu ce que je veux...."

Nouvel arrêt. Il regardait maintenant les gâteaux. Gourmand à ses heures, ces gâteaux le narguaient mais il hésitait à en prendre un. Il ne voulait pas copiner avec le psy, trop dangereux ici...Le psy d'ailleurs prenait des notes depuis tout à l'heure, curieux Taro tentait de lire un peu par-dessus le bureau sans grand succès. Puis affichant un sourire il regarda le psy et attaqua :

"Dites....j'aurais le droit de vous poser des questions moi aussi ?"

Taro voulait savoir et voir surtout ce qu'il y avait derrière ce masque. Ca ne devait pas être aussi impressionnant que ça mais le psy devait le cacher pour ne pas gêner les patients certainement, mais Taro aimait les cicatrices, les marques, ce qu'il appellait les traces de la vie. Il en avait partout sur le corps, rien de trop horrible mais un cumul de plusieurs batailles avait laissé des traces...Il fixait le psy perdu dans son imagination...Que pouvait-il cacher....

_________________

Panda accompagné de Chiaki Abe et Hideki Saito...Et merci copain o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Laissons la lumière allumée... {Taro Kondo} Lun 23 Sep - 15:24

{Vraiment navrée pour le temps de réponse, j'ai fais une légère dépression et ensuite j'ai été pas mal prise... J'espère tout de même que la réponse te plaira ^^}




Laissons la lumière allumée




« Bref résumé qui ne m'aide pas beaucoup... »

L
e psychiatre attendait donc que le jeune homme commence, mais celui-ci semblait d'abord vouloir autre chose... Kaname reconnu la lueur de curiosité dans les yeux de son patient et se doutait bien de ce qui pouvait l'éveillé ainsi. Mais finalement, le jeune homme aux cheveux flamboyant finit par se lancer dans un monologue qui fut le résumé de sa vie à travers sa maladie. Le psychiatre lui était reconnaissant de lui avoir fait un résumé, ça l'aidait dans le sens ou il avait pu constater que le jeune parlait de ça comme d'une promenade au bord d'un lac un jour ordinaire... Il en parlait de manière détachée, ce qui n'était peut-être pas mal, mais trop détaché n'était pas bon non plus. Il fallait savoir passé outre son passé, mais il ne fallait pas pour autant le renier ou tenter de l'oublier, le passé à fait de nous ce que nous sommes, il est donc important pour chacun de ne pas l'oublier, ne serait-ce que pour ne pas refaire les mêmes erreurs... Il allait parler, lorsque le jeune homme reprit la parole pour lui annoncer de manière qu'il jugea encore plus froide et distante :


    — "Voilà et suite à ça ben plus ou moins pour faire bref, mes parents m'ont mit ici. Plus simple pour eux je pense. Et puis finalement ici la nuit je fais un peu ce que je veux...."


Il n'avait donc pas l'air si malheureux de se trouver là... Un des rares... Kaname avait simplement écrit sur sa feuille qu'il trouvait que le jeune homme abordait son histoire avoir distance, froideur et détachement, peut-être un peu trop... Soit il cachait une grande souffrance intérieure et faisait semblant que ça ne lui faisait rien, soit il allait falloir remédier à cela, et lui faire comprendre que son passé, aussi dur soit-il est important et qu'il ne doit pas le renier. Il finit par prendre la parole et déclara :



    — "Merci pour ce résumé global, c'est très gentil. Mais ce n'est pas ce que je voulais en soit. Moi, j'aimerais savoir comment tu te sens par apport à tous ça réunit. Et par apport à chaque événement isolé. Comment tu vis le fait que tes parents t'ont placé ici ? Comment te sens-tu vis à vis de l'homme que tu as tué, certes involontairement, je le conçois, mais il est tout de même mort. Comment tu te sens lorsque ces terreurs te prennent. Comment te sens-tu lorsqu'on essaie de t'aider, et ensuite vis à vis de ceux qui ont échoués dans cette tâche. C'est tout cela qui m'intéresse... Si je veux pouvoir t'aider, il te faut me donner les informations dont j'ai besoin..."


Il s'arrêta là et attendit que le jeune homme digère ce qu'il venait de lui dire, il se doutait bien que ça ne devait pas être facile, mais la guérison n'était jamais une chose facile, et il en savait quelque chose. Finalement, le jeune homme aux cheveux de feu reprit la parole, mais pas pour répondre aux questions du psy. Au contraire, il lui en pausa une. Après un moment de réflexion, le psychiatre finit par répondre :



    — "Tant que tes questions restent dans la limite du raisonnable et de la légalité, je veux bien y répondre, si tu réponds aux miennes aussi. Je te propose une chose. Tu vas me répondre à toutes les questions que je viens de te posé, et tu pourras m'en poser une... Je sais que c'est un peu injuste, mais si je te laisse me poser une question pour chaque question que je te pose, nous n'avanceront jamais et tu n'iras donc jamais mieux, par définition..."


Crédit: Cali' in Libre Graph
Revenir en haut Aller en bas
Taro Kondo
avatar
Killer Panda
Messages : 119
Date d'inscription : 10/04/2012
Localisation : dans un endroit bien lumineux....

Un peu plus ~
Age: 26
Pathologie: phobie du noir aggravée de paranoïa et d’accès de violence
Poste:
MessageSujet: Re: Laissons la lumière allumée... {Taro Kondo} Ven 27 Sep - 7:31

Le psy avait fini de parler. Et ce qu'il avait dit plaisait moyen au rouquin, d'ailleurs il avait arrêté de trituré ses cheveux. Il défit sa tresse faites précédemment et fixa le type en face de lui. Taro devait répondre à toutes les questions avant de pouvoir en poser une. Il n'était pas satisfait du tout mais il sentait qu'il n'avait pas vraiment le choix. Le psy ne semblait pas vraiment méchant ou agressif mais par contre Taro sentait que quand ce type décidait un truc, il ne semblait pas simple de faire le contraire. Bizarre quand même de ressentir ça rien qu'en le regardant...malgré ce masque en plus. Taro gigota dans sa chaise. Il réfléchissait. Allait-il seulement arriver à répondre à toutes ces questions. Cracher ses sensations, ses ressentis, tout ça il ne savait pas faire. On ne lui avait jamais demandé de parler de ce qu'il ressentait ou de ce qu'il percevait dans ces moments là. Non on lui avait toujours demander de raconter les évènements point. Comment faire, se demandait-il. Il inspira un grand coup, puis prit la parole :

"Je...Je sais pas bien dire ce que je ressens en fait. Je sais pas trop comment exprimer tous ces trucs. Alors si c'est pas clair faudra pas trop m'en vouloir."

Il se remémora la première question, pour les autres il redemandrait car il aurait probablement oublié.

"Je vais commencer par le placement ici. Mes parents ont fait ce choix. Au début, je l'ai mal vécu, très mal. J'étais en colère contre eux. Je me suis même surpris à penser que je pourrais les croiser une nuit entre deux couloirs. Et puis au matin du départ, j'ai vu le regard de ma mère....et je crois que j'ai compris : ils ont fait ça parce qu'ils n'arrivaient plus à me gérer, à me comprendre, quoique je crois qu'il ne m'ont jamais compris...M'enfin...Et je sais pas, quand j'ai vu la tête qu'elle faisait je me suis dit que c'était peut-être mieux comme ça en fait. Mieux, parce que loin d'eux je ne pourrais pas les tuer. Mais je garde rancune, et une grosse, parce qu'ils ont décidé de me mettre ici au départ pour libérer ma chambre. La libérer pour le pauvre petit cousin qui devait vivre chez nous. Et soit disant pour le protéger. Le protéger, le pauvre petiot mais moi, personne s'est posé la question de savoir si j'allais être bien ou pas, personne s'est demandé si j'étais triste ou pas....Personne..."

Il sentait qu'il commençait à s'énerver et il réalisait qu'en fait il en voulait beaucoup à ses parents malgré ce qu'il disait. Malgré les bons sentiments qu'il essayait de montrer, il les détestait. C'était clair. En parlant de tout ça, la rancoeur était remontéé. Il devait se reprendre.

"Enfin, tout ça pour dire que oui je crois que j'en veux à mes parents même si je crois qu'ils l'ont fait et pour eux et pourmoi. Mais au début ici, c'était vraiment limite. Les nuits étaient terribles. Les couloirs sont remplis de toutes sortes de choses à Hisshi, des choses quejen'avais pas vues avant ou entendues. Elles attendent patiemment, elles sont dangereuses. Enfin, voilà quoi pour les parents."

Il s'arrêta et se remit à tripoter ses cheveux. il commençait aussi à sérieusement baver en regardant les biscuits, et finalement il en prit un en faisant un petit sourire au psy. Il le mit presque entier dans sa bouche et mâcha avec plaisir. ils étaient bons ces biscuits. Il regarda le psy :

"Ca vous convient tout ce que j'ai dit ?"

Il espérait que oui et surtout il espérait que le psy lui redonnerait la question suivante parce qu'il avait déjà oublié, trop concentré d'abord sur sa rancoeur et maintenant sur son biscuit....

_________________

Panda accompagné de Chiaki Abe et Hideki Saito...Et merci copain o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Laissons la lumière allumée... {Taro Kondo}

Revenir en haut Aller en bas

Laissons la lumière allumée... {Taro Kondo}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etablissement Hisshi :: Général :: Administration :: Cabinet de Kaname Yagari-